Langages d'écriture musicale

Vous trouverez dans cette page, quelques comparaisons entre divers systèmes de notations musicales et leurs avantages ou inconvénients, selon l'usage que l'on veut en faire.

Historique de quelques notations musicales

La transmission de la musique sous une forme orale, ne permet pas aux compositeurs de laisser des traces de leur travail pour l'interprétation future de leurs morceaux.

De même, pour le développement des théories musicales et pour leurs études, il a fallu inventer un langage pour décrire la hauteur des sons, leur durée, les nuances...

L'étude de Pythagore a mis en évidence les modes grecs et le cycle des quintes, qui sert de base pour de nombreuses théories.

En fait, la construction des gammes qui repose sur les rapports de hauteur des sons, ne constitue pas un cycle exact.

La musique arabe et la musique orientale sont construites selon ces rapports, tandis que la musique occidentale repose sur la notion de gamme bien tempérée, qui introduit un ensemble de 12 demi-tons, qui permet d'établir la ronde des quintes d'une manière exacte.

On distingue essentiellement deux manières d'écrire la musique :

Une écriture qui repose sur une notation musicale avec des chiffres arabes (et romains)

Une écriture sous forme de dessins sur une portée musicale.

Les notations chiffrées se rencontrent dans la musique arabe et orientale :

Lien externe : oralité et notations

Certaines tentatives de notation chiffrée ont été proposées pour l'écriture de la musique occidentale comme celle de Jean-Jacques Rousseau :

Lien externe : Jean-Jacques Rousseau, Projet Concernant de Nouveaux Signes pour la Musique

Dans sa dissertation présentée à L'Académie, il proposait de désigner les notes par les chiffres 1 2 3 4 5 6 7, ce qui permet de reconnaître immédiatement les intervalles, pour permettre de chanter "à livre ouvert".

Son idée n'était pas de supprimer l'écriture classique sur une portée, mais plutôt d'introduire une notation facilement accessible aux débutants.

Son approche n'a pas été accueillie favorablement par l'Académie.

On trouve en harmonie classique, la notation en basse chiffrée, dans laquelle les modes sont désignés en chiffres romains de I à VII, suivi d'un chiffre arabe qui précise les intervalles d'un accord de trois sons.

Lien externe : Olivier Miquel, Harmonie classique

Pour la musique populaire, le jazz, les chansons... on utilise surtout la notation anglosaxonne dans laquelle les accords sont désignés par une lettre majuscule C D E F G A B, qui désigne la tonique, suivie d'un terme qui qualifie la nature de l'accord, comme dim, sus2, sus4, m, 7, 9...

Lien externe : wikibooks, bases de solfège

Avantages et inconvénients des systèmes de notation musicale

la notation sur plusieurs portées, avec de nombreux signes de clefs, d'armures, de nuances... est très utile pour l'étude et l'exécution précise de la musique occidentale.

Elle peut paraitre difficile d'accès pour le débutant ou pour le musicien amateur.

Sa réalisation peut se faire avec des logiciels assez élaborés, qui doivent être capables de traduire tous les symboles utilisés.

Lien externe : lilypond, manuel de notation

C'est pourquoi ce système d'écriture n'est pas accessible au plus grand nombre.

En particulier, la lecture de la musique écrite en noir sur une portée, n'est pas directement accessible aux logiciels de traitement de la musique assistée par ordinateur (MAO) aux aveugles, aux enfants...

Les systèmes d'écriture de la musique sous la forme d'une suite de caractères placés sur une seule ligne par voix, se prêtent plus facilement aux traitements automatiques, mais sont moins précis et pas toujours bien uniformisés.

De nombreux logiciels, commerciaux ou non, ont vu le jour, comme lilypond, muse score... pour permettre de passer d'un système à l'autre.

Pour l'étude de la musique et pour l'apprentissage d'un instrument, il est fondamental d'associer l'écriture musicale à des exemples sonores, sinon l'élève est vite découragé.

On trouve de très bons cours sur le WEB, qui ne sont pas toujours complétement accessibles, surtout aux aveugles qui ne peuvent pas voir les images sur l'écran.

Quelques remarques pour rendre les cours de musique en ligne accessibles à tous

Les explications seront illustrées par des documents sonores en premier lieu, avant toute description sous forme de portée ou d'écriture chiffrée.

Le format des fichiers mp3 est de bonne qualité mais un peu encombrant, et des exemples sous la forme de fichier MIDI peuvent suffire pour l'étude.

Les fichiers .mid sont moins encombrants, mais leur exécution automatique est moins expressive qu'une interprétation humaine.

Par contre, ils ont l'avantage de pouvoir être construits simplement à partir de logiciels qui utilisent des systèmes d'écriture musicale en ligne de texte.

C'est le cas du langage abc et de la commande abc2midi.exe, que l'on peut utiliser facilement sans connaissances informatiques.

Ce langage a été très utilisé par de nombreux software de transcodage :

Lien externe : abcnotation.com, logiciels de transcodage du langage abc

On pourra, dans un deuxième temps, compléter l'étude musicale, en associant à l'exemple sonore, la tablature abc qui a servi pour le construire.

Les cours de musique interactifs sur le WEB

Certains cours peuvent s'intéresser à l'étude d'un instrument comme le piano, la guitare... d'autres peuvent mettre l'accent sur l'harmonie, la composition, les arrangements...

Il est important de permettre à l'utilisateur, de choisir la forme du cours qui lui convient le mieux.

Pour cela, il faut lui proposer des liens qui lui permettent d'adapter les pages du cours, selon ses aspirations.

S'il est réticent aux notations anglosaxonnes, il doit pouvoir choisir une autre forme de notations...

S'il est aveugle, il doit pouvoir prendre connaissance des notations musicales avec son logiciel de revue d'écran...

Quand le concepteur du site a des connaissances en informatique, il peut construire des programmes en php, qui donnent ces possibilités de choix en ligne, sans aucune nécessité de télécharger quoi que ce soit.

On peut, par exemple, créer un traducteur en ligne du langage abc vers le langage musical braille et réciproquement.

on peut aussi développer de petits logiciels en ligne, qui essayent de construire automatiquement des exemples de musique atonale, sérielle...

Lien externe : De la calculabilité à l’implémentation musicale

Le lien ci-dessous donne un exemple de réalisation de pattern, écrits en langage lisp :

Lien externe : Exemple d'un logiciel de composition automatique écrit en langage Lisp

Vous trouverez des exemples de musique aléatoire, qui utilise le langage abc et le logiciel abc2midi.exe dans la page :

Mode d'emploi et exemples sonores du logiciel de composition musicale en ligne

Retour dans la page index du site studyvoxmusi