Cours 6 : Les tétracordes et les gammes majeures, mineures naturelles, mineures harmoniques et mélodiques

Précédent : cours 5 : Les gammes pentatoniques et les gammes blues

Suivant : cours 7 : Les triades et les accords de septième

Ouvrir ou enregistrer le fichier cours6.mp3 : Superposition de tétracordes

Ouvrir ou enregistrer le fichier cours6mid.mid : Les gammes et les modes

Lecture de la tablature cours6abc.abc : La suite des dièses et la suite des bémols

Appuyez sur la touche F5 pour actualiser la lecture sonore ou sur la touche esc pour arrêter

Cours 6 : Les tétracordes et les gammes majeures, mineures naturelles, mineures harmoniques et mélodiques

Nous avons introduit, dans le cours précédent, la gamme pentatonique et ses cinq modes, construite sur les cinq touche noires du clavier.

Nous allons faire de même, avec les touches blanches, qui vont nous permettre de construire la gamme de Do majeur et de ses sept modes.

Repérez la position d'un Do, qui est celle d'une touche blanche, placée juste devant la première touche noire d'un groupe de deux touches noires.

Jouez les huit notes qui suivent, avec les doigts 5 4 3 2 1 3 2 1 de la main gauche.

Faites de même avec les doigts 1 2 3 4 5 1 2 3 de la main droite, à partir d'un autre Do du clavier.

Les tétracordes

Vous entendez les notes do ré mi fa sol la si et do, qui forment la gamme de do majeur, dont lés écarts entre les notes sont :

(2 2 1 2 2 2 1)

Pour retenir plus facilement ces écarts, nous allons regrouper ces huit notes en deux groupes de quatre notes, appelés des tétracordes.

Le premier tétracorde (do ré mi fa) correspond aux écarts d'un ton, un ton et un demi-ton.

Le second tétracorde (sol la si do) fait apparaître les mêmes écarts entre ses notes.

On peut dire qu'une gamme majeure est constituée par deux tétracordes identiques (2 2 1) séparés par un ton.

Cette remarque est importante, car on voit que le second tétracorde (sol la si do) pourra être considéré comme le premier tétracorde de la gamme de sol majeure (située une quinte au-dessus de do) tandis que (do ré mi fa) pourra être considéré comme le second tétracorde de la gamme située une quinte au-dessous de do (la gamme de fa majeur)

Les 7 modes de la gamme de do majeure

Nous allons construire les sept gammes qui commencent par l'une des sept notes de la gamme de do majeure.

Le mode ionien ou fondamental

Le premier mode que nous venons de voir, qui commence par la note do, est plutôt appelé le fondamental (mode ionien chez les Grecs)

Pour tous les modes, nous écrirons leurs notes sous la forme de deux tétracordes superposés, pour mieux retenir les écarts entre leurs notes, et commenter l'impression sonore qu'ils donnent (mineure ou majeure)

Le mode de ré ou mode dorien

En commençant par la note ré, on obtient :

(2 1 2 2 2 1 2)

On a donc deux tétracordes mineurs (ré mi fa sol) et (la si do ré) séparés par un ton.

Ce mode est un mode mineur, avec une tierce mineure (ré fa) et une septième mineure (ré do)

Le mode de mi ou mode phrygien

On a les écarts :

(1 2 3 2 1 2 2)

ici encore, on a un mode mineur avec deux tétracordes mineurs (1 2 2) identiques, séparés par un ton, et une septième mineure.

Le mode de fa ou mode lydien

Il s'écrit :

(2 2 2 1 2 2 1)

C'est un mode majeur, puisqu'il y a la tierce majeure (fa la)

On remarque que la septième (fa mi) est une septième majeure.

Vous remarquerez le triton (fa sol la si)

On a déjà beaucoup parlé du triton, mais on peut encore ajouter que c'est le seul intervalle de la gamme constitué de 4 notes séparés par un ton.

Son intervalle complémentaire (si fa) qui est aussi un triton, a la structure (1 2 2 1)

Le mode de sol ou mode mixolydien

Il est constitué par un tétracorde majeur auquel on superpose un tétracorde mineur, séparé par un ton.

En effet, il s'écrit :

(sol la si do) (ré mi fa sol)

On remarque donc la tierce majeure (sol si) et la septième mineure (sol fa)

C'est un mode qui jouera un rôle important dans les accords de septième de dominante, que nous rencontrerons dans la leçon suivante.

le mode de la ou mode éolien

Il s'écrit :

(la si do ré) (mi fa sol la)

Il est composé de deux tétracordes mineurs, séparés par un ton.

Le premier (2 1 2) est identique au second tétracorde du mode de ré et le second (1 2 2) est identique au premier tétracorde du mode de mi.

On remarque la tierce mineure (la do) et la septième mineure (la sol)

Ce mode de la (degré VI de la gamme de do) est le plus important des six modes, car il définit le ton relatif mineur du ton fondamental de do majeur.

Sa gamme est appelée la gamme mineure naturelle.

Ce mode de la, appelé le mode éolien chez les Grecs, est le seul mode vraiment utilisédepuis la Renaissance, par rapport aux autres modes des Anciens.

Le mode de si ou mode locrien

On termine avec le mode de si, qui n'est pas vraiment un mode mineur, ni un mode majeur.

(si do ré mi fa sol la si)

On retrouve le triton (si fa) déjà rencontré dans le mode de fa.

Il apparaît ici comme une quinte diminuée V-, qui donne, en présence de la tierce mineure (si ré) un accord diminué (t t) que nous avons déjà rencontré dans la décomposition de l'octave en suite de quatre intervalles de tierces mineures.

La gamme mineure harmonique

Revenons sur le mode de la, qui donne naissance à la tonalité mineure relative du ton majeur fondamental.

En comparant la gamme de do majeure et celle de la mineure, on remarque qu'en plus de la tierce majeure ou mineure qui les différencie, la septième aussi est majeure ou mineure.

La septième majeure, que l'on appelle aussi la sensible, a une tendence a monter vers l'octave (c'est pour cela qu'on l'appelle la sensible)

On a très vite remplacé la septième mineure de la gamme mineure naturelle, par une sensible, ce qui donne ici :

(la si do ré mi fa sol dièse la)

On appelle cette gamme, la gamme de la mineur harmonique.

On remarque que le premier tétracorde (2 1 2) est celui d'une gamme mineure, tandis que le second (1 3 1) est un tétracorde que nous n'avons pas encore rencontré.

Il a une consonance orientale et est souvent appelé le tétracorde arabe.

Dans la musique classique, il était de mauvais goût de faire intervenir ce tétracorde.

J.S.Bach a contourné cette difficulté en rejetant la dernière note de ce tétracorde, à l'octave inférieure.

La gamme mineure mélodique

Les chanteurs avaient des difficultés a exécuter la tierce mineure du tétracorde arabe, qui a été alors remplacé par (2 2 1)

Ce tétracorde est le tétracorde majeur que nous avons rencontré dans les gammes majeures.

On obtient ainsi la gamme mineure mélodique, qui se compose d'un tétracorde mineur (2 1 2) suivi d'un tétracorde majeur (2 2 1)

Pour la mineur mélodique, on a :

(la si do ré) (mi fa dièse sol dièse la)

Résumé de ce cours

La décomposition des gammes de huit notes (avec l'octave) en deux tétracordes, permet de se souvenir plus simplement de leur construction.

Elle a aussi l'avantage de permettre de reconnaître le caractère mineur ou majeur des modes.

Toutes ces notions vont se retrouver dans le cours suivant, dans lequel nous construirons des accords à partir des tierces construites à partir des modes des tonalités.

Exercez-vous dès maintenant, à jouer toutes les tonalités majeures ainsi que leurs modes.

Pour cela, ne pensez pas le nom des notes, mais le nombre des demi-tons qui séparent les notes, en comptant un ou un deux ou un deux trois...et en ne jouant les notes que sur le chiffre un.

Cette méthode a l'avantage de ne pas se préoccuper, pour l'instant, des notes qui seront affectées d'un accident (dièse ou bémol) dans l'écriture tonale que nous verrons plus tard.

Disons simplement que quand vous jouerez une note d'une touche noire, ce sera une note accidentée.

Retour dans la page d'accueil du cours d'harmonie

Terminez et retourner dans la page index du site studyvoxmusi